C2SM

Ce carnet de recherche a pour thématique la recherche interdisciplinaire menée à Bordeaux au sein du projet « Construction des catégories de la santé mentale », financé par la région Aquitaine (2010-2014)

Si, pour la plupart des maladies somatiques, le diagnostic peut s’appuyer sur des mesures biologiques, ce n’est pas le cas pour les troubles mentaux. Même pour la schizophrénie ou l’autisme aucun marqueur biologique (e.g. test génétique, imagerie cérébrale) n’a été validé. Puisque le diagnostic des troubles mentaux repose entièrement sur l’observation des symptômes, les catégories diagnostiques en santé mentale ont varié considérablement selon les cultures et au fil de l’histoire récente. Le projet C2SM a pour ambition de mener une réflexion pluridisciplinaire pour appréhender la construction, l’évolution et l’usage des catégories de la santé mentale. Il s’organise autour de 4 opérations de recherche.

OPR1 – Epistémologie (Cédric Brun, MCF Sciences, Philosophie, Humanités, Bordeaux 3)
La nosologie psychiatrique du DSM IV est aujourd’hui en butte à de nombreuses critiques et discussions. Parmi les critiques les plus communes, le DSM IV se voit reproché son caractère réductionniste (puisque toute psychopathologie y est considérée in fine de nature anatomo-pathologique) et étroitement empiriste (du fait de son lien intime à l’evidence-based-medicine).
Certains voient dans ce double caractère la marque d’une limite épistémologique constitutive d’une orientation sociopolitique de la santé mentale apparaissant de plus en plus clairement : la construction du trouble mental comme signe d’un déficit organique contribuerait à médicaliser la souffrance ou le lien social dédouanant ainsi le politique de toute responsabilité vis-à-vis de la souffrance des membres des sociétés dont il a la charge . Le DSM apparaît donc comme une entreprise sociopolitique de justification d’une défaillance du politique .

Plutôt que de proposer une généalogie de la psychologie et une archéologie de la santé mentale nous souhaitons aborder la question de la critique du DSM en nous confrontant les difficultés épistémologiques identifiées plus haut, à savoir : la question du réductionnisme inhérent à la mise en œuvre du DSM et celle, plus générale, de l’interrogation des catégories épistémologiques (et notamment celle de causalité) en œuvre dans l’evidence-based medicine.

OPR2 – Le travail politique de l’industrie pharmaceutique dans le champ de la santé mentale (Andy Smith, Science Po Bordeaux, Mathieu Montalban et Philippe Gorri, Bordeaux 4)
L’influence de l’industrie pharmaceutique sur la définition des troubles mentaux est indiscutable et a fait l’objet de nombreux livres et articles dès les années 1980. Cependant, ces analyses se sont, pour l’essentiel, limitées au contexte nord-américain. Cet axe de recherche a pour ambition d’affiner cette analyse dans deux directions: une comparaison entre les pays européens et les USA d’une part et un examen attentif de l’évolution récente des pratiques des compagnies pharmaceutiques d’autre part. En effet, les compagnies européennes et, dans une moindre mesure, nord-américaines sont en train d’abandonner la recherche et le développement de nouveaux médicaments psychotropes. Leurs laboratoires de neuropharmacologie ferment les uns après les autres. Sachant que le succès mondial du système catégoriel américain (le DSM III puis DSM IV) tient en partie au fait qu’il facilite la recherche de nouveaux traitements médicamenteux, il s’agit d’interpréter, à partir de données économiques précises le sens de ce changement de politique industrielle. Quels vont êtres les effets en retour de ce changement sur l’évolution des catégories de la santé mentale?

OPR3 – Le discours des neurosciences et ses conséquences sociales (François Gonon et Jan-Pieter Konsman, Bordeaux 2, Mélanie Bourdaa MICA, Bordeaux 3)
Cet axe de recherche part du constat qu’il existe souvent un écart considérable entre les observations neurobiologiques et leur présentation dans les médias. Par exemple, dans le domaine de la neurogénétique, l’identification d’une variation de gène conférant un risque faible d’un trouble mental est souvent présentée dans les médias comme la découverte de la cause génétique de ce trouble. Cet axe de recherche a pour but de décrire quantitativement cette distorsion du discours, d’en expliquer l’origine et d’en mesurer les conséquences sociales. L’analyse explore non seulement le discours médiatique, mais aussi la littérature scientifique en s’appuyant sur les méthodes des Sciences de la Communication. Pour préciser la genèse de cette distorsion du discours nous étudions le jeu des acteurs (collaboration avec Sciences Po, Paris). Enfin, les conséquences sociales sont appréhendées à partir de données épidémiologiques et sociologiques.

OPR4 – Usages, appropriations et critiques des outils de classification par les soignants en service psychiatrique (Nicole Rumeau, SOFOR, Michel Minard, CCECQA et Pierangelo Di Vittorio, MSHA)
Si les instances de santé imposent de n’utiliser que les catégories officielles (DSM ou CIM-10), l’usage réel est très variable suivant les catégories de soignants (e.g. psychiatres, médecins généralistes, infirmiers) et les circonstances (Hôpital, CMP, cabinet de ville). Cet axe de recherche entend explorer la diversité de ces pratiques et en appréhender l’évolution récente. Cet axe repose sur des enquêtes sociologiques qualitatives de terrain et des observations plus quantitatives par questionnaire.
Cet axe de recherche entend aussi faire le point des critiques concernant les catégories officielles (DSM et CIM-10) qui s’expriment dans la littérature biomédicale de langue anglaise, mais aussi dans les pays d’Europe de langue latine (France, Italie, Belgique, Suisse, Espagne, Portugal). En effet, on peut trouver dans la littérature anglo-saxonne une critique rationnellement argumentée du DSM et tout particulièrement de sa prochaine version le DSM-5. Par contre, en Europe latine, la contestation du DSM est en même temps bouillonnante et peu organisée. Les débats concernant des propositions alternatives au DSM semblent diffus et le plus souvent restreints à des cercles professionnels cloisonnés, syndicats de psychiatres, associations diverses militant dans le champ de la santé mentale. L’objectif de cette recherche est de collecter l’ensemble des critiques du DSM puis d’élaborer une synthèse de ces critiques et des propositions alternatives.

Cédric Brun

Maître de conférences en philosophie à l'université M. de Montaigne Bordeaux 3, France.

More Posts - Website